Vous souhaitez expérimenter une manière de suivre le Christ aujourd'hui? Tout en gardant votre activité professionnelle ou estudiantine, venez partager notre vie de communauté. Les Ursulines présentent près de 400 ans de patrimoine religieux. Découvrez un véritable trésor. Les sœurs de Ste-Ursule sont en Afrique. Leur message annuel nous fait partager un quotidien peu monotone.

Exposition d'archives: «Une femme audacieuse, Anne de Xainctonge»

450 ans de la naissance de la fondatrice des ursulines

L’exposition temporaire 2017-2018 célèbre les 450 ans de la naissance de Anne de Xainctonge, fondatrice des ursulines. Une femme audacieuse, qui traverse les siècles par sa foi, sa vision pédagogique, son sens du réel, ses valeurs humanistes et sa confiance en l'être humain. Les vitrines permettent de cheminer avec Anne, de sa naissance à sa mort, puis de découvrir l'héritage humain et spirituel qu'elle nous a laissé. Aujourd'hui encore elle parle au coeur des éducateurs et des enseignants, des femmes et des pauvres, de toute personne désireuse d'occuper pleinement sa place dans la société d'aujourd'hui. Une brochure est éditée pour l'occasion: La pédagogie de Anne de Xainctonge, de A à Z.

Lisez l'article sur cath.ch

 

L'exposition permanente permet de découvrir le fondement et les origines du charisme des sœurs de Sainte-Ursule, une histoire mouvementée, faite d'épreuves, de joies, de beauté, de travail et de don de soi.

 

Bienvenue à notre exposition!


Quand?

L'exposition est ouverte tous les derniers samedis du mois de 14 h à 17 h, ou sur rendez-vous pour les groupes.

Le 26 mai 2018, l'exposition sera ouverte de 18 h à 24 h, en lien avec la Nuit des Musées.

Où?

Institut Ste-Ursule
Rue de Lausanne 92
1700 Fribourg

Plus d’informations?

026 347 10 70
E-mail


Les scènes représentant Anne de Xainctonge jalonnent les siècles. Souvent représentée avec son ange gardien, ou adorant le saint-sacrement, ou encore accompagnée de jeunes élèves, Anne a le visage déterminé et le regard profond. Elle frappe par son attitude humble et forte.
Quatre vitrines, toutes de transparence, de solennité et de simplicité, présentent le parcours de Anne de Xainctonge. Au centre de la salle, un abécédaire se dresse, dont les rayons se répandent sur toute l’exposition: la pédagogie d’Anne y est déployée, appelant le visiteur à faire connaissance avec sa pensée, sa vision de Dieu et de l’être humain, son sens de la mission de chaque personne.
L’abécédaire, «La pédagogie de Anne de Xainctonge de A à Z», a été édité dans une brochure: Audace – Bienveillance – Confiance – Lampe – Pauvres – Réalisme et tous les autres mots sont développés pour révéler l’essence de la pensée de Anne de Xainctonge.
De par ses origines dans la haute bourgeoisie dijonnaise catholique, Anne de Xainctonge bénéficie d’une solide éducation. La généalogie de la famille et son blason doivent être honorés! Mais Anne comprend vite que transmettre ce qu’elle apprend à des personnes plus démunies, spécialement aux filles et aux femmes, vaut mieux que demeurer dans sa tour d’ivoire! Sa soif inextinguible de Dieu et son désir irrépressible de partager ses connaissances avec son entourage l’amènent à vouloir fonder une congrégation qui ferait pour les filles ce que les Jésuites font pour les garçons. Il lui faudra traverser de très nombreuses épreuves, intérieures et extérieures, pour parvenir à réaliser la mission que Dieu lui a confiée: le 16 juin 1606 naît la Compagnie de Sainte-Ursule.
Fondatrice d’une congrégation non cloîtrée, la première, se référant à la spiritualité de saint Ignace et tout entière vouée à l’éducation des filles et des femmes, spécialement des pauvres, Anne de Xainctonge a marqué son temps par son approche de Dieu et de l’être humain, par ses méthodes pédagogiques basées sur la confiance en la personne. Dès sa mort, les biographies sur cette femme aux idées novatrices se multiplient, écrites par des sœurs de la communauté ou par des jésuites proches des sœurs. La dernière, celle du Père Albert Longchamp, jésuite, constitue LA référence aujourd’hui.
Bien que reconnue comme sainte dès son vivant, Anne de Xainctonge ne connaît pas encore les honneurs des autels. Son procès de béatification n’a commencé qu’en 1900 et est toujours en cours. Nommée «vénérable» puis «héroïque dans ses vertus», Anne doit attendre qu’un miracle lui soit attribué avant d’être béatifiée.
Sculptures
Les deux seuls objets contemporains d’Anne de Xainctonge sont sa pierre tombale et le coffret eucharistique ouvragé par les sœurs. La pierre fut perdue suite au siège des Français à Dole mais elle fut retrouvée plus de 200 ans plus tard par hasard, au fond d’un puits. Quant au coffret eucharistique, il est lié au miracle de Faverney. L’incendie qui éclata dans cette abbaye bénédictine en 1608 vit la destruction totale du bâtiment mais l’ostensoir exposé avec ses deux hosties demeura intact. Une hostie fut alors transportée en procession à Dole, et Anne et ses sœurs fournirent le coffret dans lequel l’hostie reposa.
Expo permanente | Sculptures et tableaux • Groupe représentant la Trinité céleste (le Père, le Fils et le Saint-Esprit) et la Trinité terrestre (Jésus, Marie et Joseph, autrement dit la Sainte Famille ou le Retour d’Egypte), attribué à l'atelier Reyff, Fribourg, milieu du XVIIe siècle, bois sculpté et polychromé. A gauche St Charles Borromée, vers 1700, et à droite St François de Sales, également vers 1700, deux saints qui furent en relation avec les débuts de la congrégation.
Broderies du XVIIe siècle
Orfèvrerie religieuse
Expo permanente | Broderies du XVIIe siècle • Vêtements liturgiques confectionnés par les sœurs. Ces «travaux de couvent» étaient destinés aux célébrations liturgiques. La broderie de la chasuble représente l'arbre de Jessé et est l'œuvre des sœurs de Weck, von der Weid et de Reynold.
Expo permanente | Orfèvrerie religieuse • Calice en argent du XVIIe siècle avec relief de Sainte Ursule sur le pied, ostensoir en argent du XVIIe siècle avec pierreries et verroterie, ciboire en argent partiellement doré du XVIe siècle, chandeliers en bronze du XVIe siècle, service de burettes en argent du début du XIXe siècle.