Break'Ursule - Préparer les examens ou rédiger un travail dans un environnement favorable, en logeant dans une communauté de cinq sœurs ursulines, en partageant la prière et les repas avec elles. Vous souhaitez expérimenter une manière de suivre le Christ aujourd'hui? Tout en gardant votre activité professionnelle ou estudiantine, venez partager notre vie de communauté. Les Ursulines présentent près de 400 ans de patrimoine religieux. Découvrez un véritable trésor. Les sœurs de Ste-Ursule sont en Afrique. Leur message annuel nous fait partager un quotidien peu monotone.
Consoler

Témoignage de Sr Patricia

Il y a quatre ans que j'ai été engagée par la Croix Rouge pour enseigner les rudiments du français à une dizaine de personnes étrangères. Elles viennent de tous les coins du monde: Portugal, Roumanie, Albanie, République dominicaine, Russie, Erythrée, Congo, Libéria, Japon, Philippines, Sri Lanka. Elles ne sont pas toutes des réfugiées. Certaines femmes ont épousé des Suisses et portent des noms bien de chez nous. Certaines sont à Fribourg depuis plusieurs années mais ne comprennent que péniblement quelques mots.

Ce n'est pas facile pour ces personnes déracinées d'entrer dans notre langue, dans notre culture. Pour les rejoindre et les aider à s'intégrer, je privilégie les cours où l'on parle de la vie concrète en Suisse: ses coutumes, sa façon de manger, de s'habiller, les événements locaux. Le chant est aussi un bon moyen de découvrir une langue car l'accentuation y est naturellement correcte.

Au-delà des règles de grammaire et d'orthographe, du vocabulaire et de la conjugaison, j'essaie de porter sur elles un regard qui les soutienne, les respecte, les reconnaisse dans leur dignité d'être humains, parfois bafouée. C'est aussi pour moi une école de vie, une découverte sans cesse renouvelée.


Sr Marie-Laetitia nous livre comment elle vit sa présence de sœur de Ste-Ursule à Agora, à Genève

Je suis bénévole à l'accueil de AGORA (Aumônerie Genevoise Œcuménique pour les Requérants d'Asile).

AGORA, c'est l'accueil de l'étranger, celui qui a dû fuir son pays, qui cherche une terre d'accueil, ce sont nos sœurs, nos frères parmi des plus pauvres. J'essaie de leur offrir l'oreille et le cœur attentifs qu'ils cherchent pour y déposer le vécu douloureux de leur chemin d'exil.

A AGORA, pour moi «faire connaître et aimer Jésus-Christ», c'est rarement par la parole, mais c'est suivre le Christ dans son attitude d'accueil pour toute personne meurtrie par la vie, c'est, d'une certaine manière, le rendre présent dans ce monde problématique de l'asile.

Sr Patricia

Interview avec Sr Marianne

Tu travailles comme éducatrice spécialisée dans un foyer pour personnes adultes handicapées psychiques. Comment se situe ta présence parmi les collègues et les résidants?

Je ne me considère pas autrement que mes collègues éducateurs. Je suis éducatrice au même titre qu'eux, et je sens qu'ils me voient également comme telle. Chez les résidants, je sens souvent du respect vis-à-vis de moi parce que je suis religieuse. Mon engagement de foi me conduit parfois à répondre à des interpellations et à des demandes particulières. Il m'arrive d'animer une célébration, par exemple à l'occasion d'un deuil d'un proche d'un résidant, ou de devoir répondre à des questions d'ordre spirituel.

Quelles sont tes plus grandes joies auprès de ces personnes?

Mes joies sont multiples mais elles ont toujours trait aux relations humaines, à ce qui fait l'ordinaire de nos journées. Les voici en vrac:

  • Voir et constater que la personne en difficulté s'ouvre de plus en plus et entre dans la relation: c'est un signe de confiance qu'elle fait… elle ose s'ouvrir car elle ne risque aucun danger.
  • Partager un bout du quotidien avec des personnes souvent à la marge de notre société. Vivre avec elles leurs joies et leurs difficultés.
  • Lutter avec elles pour plus de justice.
  • Les accompagner dans des moments importants de leur vie.
  • Et à la fin… savoir à un moment donné que la personne a de moins en moins besoin de moi car elle trouve de plus en plus d'autonomie. C'est magnifique de laisser partir la personne suivre son propre chemin, construire sa vie elle-même.
Sr Marianne